La Fondation Arp hors les murs :

 

La Fondation Arp est actuellement présente avec des œuvres
de sa collection dans de grandes expositions :

 

« Georges Pompidou et l'Art »

18 juin - 19 novembre 2017
Domaine National de Chambord

 

« Arp, The Poetry of Forms »

20 mai - 17 septembre 2017
Kröller-Müller Museum, Otterlo

 

 

« Arp »

8 avril - 16 juillet 2017
Museo de Arte Moderno, Mexico

Infos sur l'exposition

 

 

 

 

« Jean Arp »

30 septembre 2016 - 15 janvier 2017
Musée National Romain - Thermes de Dioclétien, Rome

 

Exposer Arp à Rome, dans les Thermes de Dioclétien : une évidence.

 

Si l’œuvre de Jean Arp est née dans son atelier de Clamart-Meudon, elle trouve aussi ses origines dans d’autres espaces, d’autres temps : ceux qui ont nourri le travail de l’artiste. Exposer la sculpture de Arp nous invite à explorer des lieux qui font sens avec son histoire ou qui autorisent à en construire le prolongement.

 

En accueillant Arp, les Thermes de Dioclétien deviennent un de ces lieux d’énergie et d’inspiration : les sculptures y retrouvent un des foyers de leur genèse, le lieu d’exposition résonne. Comme le romantisme ou le mysticisme rhénan, la découverte de l’univers antique confirme les intuitions créatives de Jean Arp. Il dessine une pensée originelle de la nature qui est création pure et spontanée, source d’harmonie au sein de laquelle l’homme est un vivant parmi les autres. En s’exposant à Rome, le Berger des Nuages et son cortège trouvent l’opportunité de s’épanouir au sein d’un lieu qui les accueille comme une évidence.

 

L’exposition Arp à Rome est aussi l’occasion de réfléchir, de repenser le lien entre la sculpture et le lieu d’exposition. Chaque exposition est rythmée par une intention différente, permettant à l’œuvre de se donner aux yeux du public, toujours elle-même, toujours autrement. Le regard prolonge inévitablement le sens de l’œuvre et il est par là porteur de métamorphoses. Peut-être qu’appréhender, c’est déjà modifier. La difficulté est alors de présenter l’œuvre dans son ouverture et sa polysémie sans la saturer d’un sens unique. Comme l’analyse littéraire, la représentation théâtrale ou la restauration d’une pièce, l’écart temporel entre la réalisation de l’œuvre et l’actualité du regard compte. Il s’agit alors de déterminer comment présenter sa valeur contemporaine tout en préservant l’expression initiale du travail.

 

Chez Jean Arp, la sculpture s’offre nue, essentielle : dépourvue du fardeau des artifices. Il s’en est d’ailleurs exprimé en 1934 dans un célèbre poème : Le style éléphant contre le style bidet. Les courbes sculpturales sont organiques et sensuelles, elles en appellent à la seule simplicité du cœur. L’idéal de présentation serait alors celui d’un accord parfait entre l’identité de l’œuvre et la façon de l’exposer. De l’écoute attentive de ses qualités naît la bienveillance du geste : le dialogue peut alors s’épanouir, fort d’un enrichissement. Contre l’ornementation de la mise en scène, Jean Arp nous invite au défi de la justesse.

Infos sur l'exposition

 

« Schwitters, Miró & Arp »

11 juin 2016 - 17 janvier 2017

Galerie Hauser & Wirth, Zurich

Galerie Hauser, Wirth & Schimmel, Los Angeles

Infos sur l'exposition - Zurich

Infos sur l'exposition - Los Angeles

 

« Le Rêve »

17 septembre 2016 - 22 janvier 2017
Musée Cantini, Marseille

Infos sur l'exposition

 

« Modern Masterpieces »

17 juin 2016 - 30 janvier 2017

Tokyo Metropolitan Art Museum

Shanghaï Exhibition Center

© Crédits